Generalité · 19 avril 2021 0

Fatigue : 45+ conseils pour vous aider à la combattre




Les meilleurs sextoys vibrants du moment


Cet article est uniquement destiné à des fins d’information. Aucune des informations qu’il contient ne doit être considérée comme un avis médical. Si vous luttez contre la fatigue, consultez un médecin.

Mode de vie

Réduire le stress

Le stress et la fatigue sont étroitement et réciproquement liés, ce qui signifie qu’ils coexistent souvent et peuvent s’influencer mutuellement. Les événements stressants de la vie peuvent provoquer non seulement le SSPT, mais aussi le syndrome de fatigue chronique. De même, l’exposition professionnelle aux événements traumatiques d’autrui (par exemple, par les travailleurs de la santé) provoque une fatigue physique et mentale et peut réduire l’empathie.

Plusieurs études ont montré que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour la gestion du stress réduit la fatigue due au syndrome de fatigue chronique, à la fibromyalgie et à la sclérose en plaques. De même, sa combinaison avec la méditation de pleine conscience (réduction du stress basée sur la pleine conscience) peut aider à réduire la fatigue due à la fibromyalgie et au cancer.

La thérapie de relaxation avec des pratiques de respiration et des exercices de relaxation musculaire a également été rapportée pour aider à combattre la fatigue due à des conditions telles que le syndrome de fatigue chronique, la sclérose en plaques, le cancer, l’insuffisance cardiaque et la transplantation de cellules souches. Cependant, la TCC s’est avérée plus efficace dans les études qui ont comparé les deux traitements.

Améliorer la qualité du sommeil

Le sommeil est essentiel pour une santé optimale. Un sommeil de qualité insuffisant est associé à la fatigue et à de nombreux autres problèmes de santé. Les personnes qui travaillent en équipe ou de nuit (comme les professionnels de la santé) sont plus exposées aux troubles du sommeil et à la fatigue.

Les troubles du sommeil sont fréquents chez les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique, d’un cancer, d’une sclérose en plaques, d’une MII et d’une rhinite allergique, et peuvent aggraver la fatigue associée à ces affections.

Certaines recherches cliniques suggèrent que le traitement des troubles du sommeil peut améliorer la fatigue liée à certaines de ces maladies (comme le cancer et la sclérose en plaques). De son côté, la TCC pour le syndrome de fatigue chronique a été suggérée de manière inconsistante pour améliorer la qualité du sommeil.

Exercice physique

Un mode de vie sédentaire est une cause fréquente de fatigue persistante. Plusieurs études ont indiqué que le fait de faire plus d’exercice pouvait réduire la fatigue chez les personnes en bonne santé. Paradoxalement, le fait d’être « trop fatigué » était l’excuse la plus courante pour ne pas faire d’exercice dans une étude portant sur des personnes d’âge moyen et des personnes âgées.

Les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique courent un risque particulièrement élevé de ne pas satisfaire aux exigences en matière d’activité physique. Chez les personnes atteintes de cette maladie, la pratique régulière d’un exercice physique peut contribuer à réduire la fatigue, plus encore que chez les témoins sains, selon une méta-analyse.

De multiples études ont rapporté que l’exercice physique peut aider à réduire la fatigue liée à d’autres maladies telles que la sclérose en plaques, le cancer, la polyarthrite rhumatoïde, la BPCO, le lupus, la SLA, la fibromyalgie, les maladies musculaires et l’insuffisance cardiaque.

Cependant, un exercice excessif peut entraîner de la fatigue et plusieurs problèmes de santé. Les experts recommandent de faire des exercices modérés comme la marche rapide, la natation ou le vélo.

Rester hydraté

La déshydratation, même légère, a été associée à une fatigue mentale accrue chez les personnes en bonne santé et à une réduction des performances physiques et cognitives chez les athlètes.

Dans le même ordre d’idées, plusieurs essais cliniques indiquent que la réhydratation aide à inverser cette fatigue accrue, tandis que le fait de rester hydraté l’empêche.

Yoga

Les interventions de yoga ont réduit la fatigue dans quelques essais cliniques sur des adolescents, des adultes et des personnes âgées en bonne santé.

Cette pratique a été le plus largement étudiée concernant la fatigue due à la sclérose en plaques et au cancer du sein. Les méta-analyses les plus récentes ont conclu que le yoga pouvait être efficace en complément des thérapies conventionnelles.

Quelques essais préliminaires ont également montré que le yoga pouvait aider à soulager la fatigue due au syndrome de fatigue chronique, à la fibromyalgie, à la maladie de Parkinson, à la dépression, à la lombalgie, au syndrome du côlon irritable, à la BPCO, à l’insuffisance rénale terminale, au VIH et à l’arthrite.

Massage

Une poignée d’essais cliniques ont montré que le massage était efficace pour réduire la fatigue et les douleurs musculaires localisées après l’exercice. Cependant, l’immersion en eau froide semble être plus efficace pour la fatigue généralisée.

Un petit essai clinique a montré qu’une combinaison de fauteuils de massage et de massage cérébral (battements binauraux) était efficace pour réduire la fatigue mentale et améliorer les fonctions cognitives.

Une méta-analyse a conclu que le massage, en particulier le relâchement myofascial, peut réduire la fatigue due à la fibromyalgie. Lors d’un essai clinique sur des femmes atteintes de cette maladie, le massage s’est avéré plus efficace lorsqu’il était associé à des exercices physiques.

Bien qu’une autre méta-analyse ait trouvé que les interventions de massage étaient efficaces pour réduire la fatigue liée au cancer du sein, une revue Cochrane a conclu qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour soutenir le massage pour la fatigue liée au cancer en raison de la faible qualité et de la petite taille de la plupart des études.

Des preuves plus limitées suggèrent que le massage peut également aider à réduire la fatigue liée au syndrome de fatigue chronique, à la polyarthrite rhumatoïde, à la sclérose en plaques, à la lombalgie, à l’hémodialyse, aux lésions de la moelle épinière, à la transplantation de moelle osseuse et à la maladie de Parkinson.

Exposition au froid

De multiples études ont montré que l’immersion dans l’eau froide avant l’exercice permettait d’augmenter les performances. Pendant l’exercice, seul le refroidissement externe (par exemple, par le port de vêtements réfrigérants) peut réduire la fatigue due à l’exercice anaérobie, tandis que le refroidissement externe et interne (par exemple, par l’ingestion de boissons froides) semble améliorer la performance aérobie.

De même, il a été suggéré que l’exposition au froid après l’exercice réduisait la perception de la fatigue après 48-72 heures dans de multiples essais. L’immersion du corps entier dans l’eau froide semble plus efficace que la cryothérapie.

Exposition au soleil

De nombreuses études ont associé la carence en vitamine D à la fatigue et à la faiblesse musculaire, bien que toutes les personnes souffrant de cette carence ne présentent pas ces symptômes.

Une exposition saine au soleil, qui fournit 50 à 90 % de nos besoins en vitamine D, est le meilleur moyen de faire le plein de cette vitamine. En outre, vous pouvez consommer des aliments qui contiennent cette vitamine (comme les poissons gras, le foie, le jaune d’œuf et les produits laitiers) ou prendre des suppléments.

Acupuncture

L’acupuncture a été principalement appliquée à la fatigue due au syndrome de fatigue chronique, au cancer (en particulier le cancer du sein) et à la fibromyalgie. Des méta-analyses ont conclu qu’elle pouvait être efficace mais ont mis en garde contre la faible qualité de la plupart des études.

Des preuves plus limitées suggèrent que l’acupuncture peut également aider à soulager la fatigue liée à des affections telles que l’insomnie, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, l’arthrose et l’insuffisance rénale terminale.

Le tai-chi

Plusieurs essais rapportent que le tai chi peut réduire la fatigue, notamment celle due au cancer, à la fibromyalgie et à la BPCO. Cependant, les méta-analyses ont généralement souligné la faible qualité, la petite taille et la courte période de suivi de la plupart des études.

Réflexologie

Une poignée d’essais cliniques suggère que la réflexologie peut réduire la fatigue et le stress perçus chez les personnes en bonne santé.

Des essais cliniques préliminaires ont également montré que la réflexologie pouvait aider à réduire la fatigue liée au cancer et à la chimiothérapie, à l’hémodialyse, à la polyarthrite rhumatoïde, à la sclérose en plaques et au syndrome coronarien aigu.

Aromathérapie (odeur de lavande)

L’aromathérapie à l’huile essentielle de lavande a réduit la fatigue et l’anxiété causées par l’hémodialyse dans certains essais cliniques, mais pas tous. L’odeur de lavande a également réduit la fatigue chez des personnes en bonne santé confrontées à une tâche anxiogène.

Manipulation chiropratique

Les manipulations chiropratiques ont été rapportées comme réduisant la fatigue due à la fibromyalgie et aux lombalgies dans 3 petits essais.

Régime alimentaire

Apport calorique suffisant

Les calories mesurent la quantité d’énergie fournie par les aliments, que l’organisme utilise pour assurer ses fonctions. De multiples études montrent qu’une restriction calorique sévère peut entraîner non seulement une perte de poids, mais aussi une fatigue mentale et physique. Il est important de noter qu’un apport alimentaire très réduit augmente le risque de carences en nutriments.

Un adulte moyen a besoin de 2 000 calories par jour, ce qui peut varier considérablement en fonction de l’âge, du sexe ou de l’activité physique. Selon une estimation, les hommes de 15 à 18 ans ont besoin d’environ 3 000 calories par jour. Manger moins de 1 200 calories peut entraîner un ralentissement du métabolisme qui peut se traduire par de la fatigue.

Il est intéressant de noter qu’une étude sur des haltérophiles a révélé que les régimes hypocaloriques entraînaient moins de fatigue, de stress et d’insatisfaction lorsque leur teneur en protéines était élevée.

Café

Un examen clinique complet de 21 méta-analyses a conclu que la caféine améliore les performances dans un large éventail de tâches d’exercice, en partie grâce à ses effets anti-fatigue.

Lorsque la caféine retarde la fatigue, les muscles du corps peuvent se contracter avec plus de force, ce qui permet aux personnes de faire de l’exercice plus longtemps. Les exercices d’aérobic tels que la course, le jogging, l’entraînement cardio, la natation et le vélo sont ceux qui bénéficient le plus d’une augmentation du volume d’entraînement.

La caféine peut également améliorer la vigilance tout en réduisant la fatigue mentale, en particulier chez les personnes manquant de sommeil. Plusieurs études font état d’une réduction de la fatigue liée à des tâches exigeantes sur le plan mental après la prise de boissons contenant de la caféine. Cependant, les utilisateurs fréquents semblent développer une tolérance aux effets de la caféine.

Plusieurs études ont montré que les  » boissons énergisantes  » combinant caféine et taurine peuvent réduire la fatigue liée à une conduite prolongée.

Réduire les glucides raffinés

La digestion des glucides alimentaires provoque un pic de glycémie, suivi d’une chute brutale due à la production d’insuline. Cet effet est particulièrement élevé et rapide lors de la consommation d’aliments tels que les boissons sucrées, les produits de boulangerie, les bonbons, le pain blanc et le riz. Plusieurs études ont associé leur consommation fréquente à une fatigue mentale et physique.

Apport suffisant en fer

L’une des causes les plus courantes de la fatigue est la carence en fer. La plupart du fer présent dans l’organisme se trouve dans l’hémoglobine, où il aide à transporter l’oxygène vers les cellules pour la production d’énergie. Le fer est également nécessaire au stockage de l’oxygène dans les muscles, au fonctionnement du cerveau, ainsi qu’au développement et à la réponse du système immunitaire.

Plusieurs études ont associé la carence en fer (sans anémie) à une fatigue accrue et à une dégradation de l’état de santé général et du bien-être.

Les aliments riches en fer sont la viande, la volaille, les abats, le poisson, les crustacés, les légumes secs, les graines, les légumes à feuilles vertes et les aliments enrichis.

Apport suffisant en vitamine B12/Cobalamine

La vitamine B12 est nécessaire à la fabrication des globules rouges, ce qui en fait un nutriment crucial pour la production d’énergie. Sa carence entraîne une anémie mégaloblastique, une affection caractérisée par des cellules sanguines moins nombreuses et plus grosses et dont le principal symptôme est la fatigue.

La carence en vitamine B12 met souvent des années à se développer, car l’organisme est capable de stocker de grandes quantités dans le foie. Cependant, les végétaliens, les femmes enceintes, les personnes âgées et celles qui ont des problèmes intestinaux sont plus à risque.

Les sources courantes de cette vitamine sont les produits animaux tels que la viande rouge, le poisson, la volaille, le yaourt et le lait.

Apport suffisant en vitamine B9/folate

La vitamine B9 (folate) est un autre nutriment nécessaire à la fabrication des globules rouges. Sa carence entraîne une anémie mégaloblastique, une affection caractérisée par des cellules sanguines moins nombreuses et plus grosses et dont le principal symptôme est la fatigue. Une étude a révélé que le syndrome de fatigue chronique peut être lié à un faible taux de vitamine B9 dans le sang.

La carence en folates est rare mais peut survenir chez les personnes ne mangeant pas assez de fruits et de légumes. Les alcooliques et les mères allaitantes présentent également un risque accru de cette carence.

Le nom de folate vient du mot latin « folium » qui signifie « feuille », car on le trouve principalement dans les légumes à feuilles vertes comme les épinards, le brocoli, le chou et le chou frisé. Les jus d’agrumes, les légumineuses et le foie sont d’autres sources alimentaires de folates.

Cassis

L’ingestion de jus de cassis réduit la fatigue physique et mentale chez des volontaires sains. De même, les anthocyanines du cassis ont réduit la fatigue et la raideur des épaules lors d’une petite étude.

Chez les cyclistes, la poudre de cassis réduit l’accumulation de lactate dans le sang pendant l’exercice et améliore la fonction cardiovasculaire au repos. Chez les grimpeurs, l’extrait de cassis a augmenté le temps de suspension et le temps total d’escalade.

Traiter les problèmes de sensibilité alimentaire

La fatigue mentale et physique est un symptôme courant de sensibilité à des composants alimentaires tels que le gluten, le lactose, les FODMAPS et les lectines.

Si vous pensez que vos faibles niveaux d’énergie peuvent être dus à une intolérance à certains aliments, envisagez de travailler avec un allergologue ou un diététicien pour tester vos sensibilités alimentaires. Ils prescriront un régime d’élimination pour aider à identifier la cause de l’intolérance, suivi de l’éviction de l’aliment problématique.

Le chocolat noir

Il a été démontré que le cacao et le chocolat noir, riches en flavonols, réduisent la fatigue physique et mentale chez les personnes ayant un effort mental soutenu, le syndrome de fatigue chronique et la sclérose en plaques.

Gelée royale

Lors d’un essai clinique sur des patients atteints de cancer, la consommation de miel transformé et de gelée royale a contribué à améliorer la fatigue liée au cancer.

Suppléments

Créatine

La créatine est une substance naturellement produite par l’organisme et stockée dans les muscles. Pendant l’activité physique, la créatine est libérée pour produire l’énergie qui permettra de la soutenir.

Plusieurs essais montrent que la supplémentation en créatine peut améliorer les performances athlétiques et réduire la fatigue musculaire jusqu’à 14,5 %.

La créatine peut également améliorer la fonction cognitive et réduire la fatigue mentale. Elle a eu ces effets chez des personnes confrontées à des tâches mentalement fatigantes et à un manque de sommeil, ainsi que chez des végétariens (dont le régime alimentaire est dépourvu des principales sources alimentaires de ce composé). Dans une étude sur des personnes âgées, une supplémentation en créatine a permis d’inverser le déclin cognitif.

Coenzyme Q10

Dans 2 essais cliniques sur des personnes en bonne santé, l’administration orale de coenzyme Q10 a permis de réduire la fatigue et d’améliorer les performances pendant l’exercice physique.

Une supplémentation quotidienne en coenzyme Q10 a également été rapportée pour améliorer la fatigue et d’autres symptômes chez les personnes souffrant de fibromyalgie, de sclérose en plaques, de fonte musculaire et de troubles bipolaires.

Un complément oral associant la coenzyme Q10 et le NADH a permis de réduire la fatigue et d’améliorer les performances à l’effort chez des personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique.

L-Carnitine

Chez les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique, une supplémentation en L-carnitine pendant 2 semaines a amélioré les symptômes et a été bien tolérée. Ses composés dérivés, l’acétyl-L-carnitine et la propionyl-L-carnitine, étaient également efficaces pour la fatigue mentale et générale, respectivement.

Chez les sujets âgés, la L-carnitine et l’acétyl-L-carnitine ont réduit la fatigue physique et mentale (d’environ 40 %), augmenté la masse musculaire et amélioré la fonction cognitive.

Quelques essais ont trouvé que la L-carnitine était efficace pour améliorer la fatigue due à des conditions telles que la fibromyalgie, l’hypothyroïdie, l’encéphalopathie hépatique, l’anémie associée à la dialyse et les médicaments contre le cancer du rein et l’hépatite C.

Bien que la L-carnitine ait été largement étudiée pour la fatigue due à la sclérose en plaques et au cancer avec des résultats mitigés, deux méta-analyses ont conclu à une efficacité faible ou nulle dans les deux cas.

Vitamine D

De nombreuses études ont associé la carence en vitamine D à la fatigue et à la faiblesse musculaire, bien que toutes les personnes souffrant de cette carence ne présentent pas ces symptômes.

Il n’est pas surprenant que la correction des carences en vitamine D par des suppléments ait amélioré la fatigue chez les personnes en bonne santé et celles atteintes de diverses maladies.

Taurine

La taurine est un acide aminé présent dans presque tous les tissus de l’organisme et nécessaire au fonctionnement normal des muscles. La supplémentation en taurine peut être utilisée pour restaurer les niveaux de taurine dans le muscle qui ont diminué après l’exercice.

La supplémentation en taurine a permis de réduire la fatigue et d’améliorer les performances physiques de patients souffrant d’insuffisance cardiaque et de joueurs de sports d’équipe effectuant un exercice de sprint cycliste. Cependant, elle s’est avérée inefficace dans une autre étude sur des triathlètes.

Plusieurs études ont montré qu’une combinaison de taurine et de caféine réduit la fatigue liée à une conduite prolongée.

Fer

Chez les personnes ayant un faible taux de fer dans le sang, le fait de le reconstituer avec des suppléments de fer réduit la fatigue subjective jusqu’à 48%.

N-Acétylcystéine

Dans de multiples études, la N-acétylcystéine (NAC) administrée par voie orale ou en perfusion avant l’exercice a réduit la fatigue musculaire post-exercice, le stress oxydatif et l’inflammation.

La NAC a également réduit la fatigue due au lupus dans deux petits essais cliniques.

Ginseng

Le traitement à l’extrait de ginseng a diminué la sévérité de la fatigue dans plusieurs études portant sur des volontaires sains et des personnes diagnostiquées avec le syndrome de fatigue chronique.

Le ginseng a également été signalé comme réduisant la fatigue due au cancer et à la sclérose en plaques.

Guarana

Le guarana est utilisé comme stimulant depuis des siècles par les populations indigènes de l’Amazonie et est souvent inclus dans les boissons énergisantes pour ses effets potentiels de renforcement de l’énergie et ses niveaux élevés de caféine.

Un complexe multivitaminé et minéral contenant du guarana a réduit la fatigue physique perçue après une course d’intensité modérée et la fatigue mentale après un effort mental soutenu. De même, un rince-bouche contenant du guarana a amélioré les performances cognitives pendant un exercice physique.

Chez les patients atteints de cancer, un extrait standardisé de guarana a amélioré la fatigue causée par la chimiothérapie mais pas par la radiothérapie.

Rhodiola

Une poignée d’études suggèrent que différents extraits standardisés de rhodiola peuvent réduire la fatigue et les troubles cognitifs causés par le stress et l’épuisement professionnel.

NAD+/NADH

Le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+) est une coenzyme qui soutient de multiples réactions métaboliques en transférant des électrons d’une molécule à une autre.

Dans plusieurs essais préliminaires, une supplémentation en cette coenzyme ou en sa forme réduite NADH a permis de réduire la fatigue due à l’exercice physique et au syndrome de fatigue chronique. Le traitement était plus efficace lorsqu’il associait le NADH et la coenzyme Q10.

Bêta-alanine

La bêta-alanine a retardé l’apparition de la fatigue (jusqu’à 36,5 %) dans de multiples études menées sur des personnes de tous âges, probablement en réduisant l’accumulation d’acide pendant les exercices anaérobies de haute intensité.

Cependant, il est important de noter que sa sécurité n’a pas été suffisamment examinée. En outre, des taux élevés de ce composé ont été mesurés dans l’urine de personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique. La question de savoir si cela signifie que des taux sanguins élevés de bêta-alanine (par exemple, suite à une supplémentation) peuvent provoquer le syndrome de fatigue chronique n’a pas été prouvée.

Eleuthero

Dans une étude sur des athlètes masculins, l’éleuthérocoque a augmenté de 23 % le temps pendant lequel chaque athlète pouvait maintenir un effort, tout en améliorant la fréquence cardiaque maximale (une mesure de l’intensité de l’exercice), l’épargne du glycogène (en déplaçant l’utilisation de l’énergie des glucides vers les graisses) et le flux sanguin vers les muscles (ce qui accélère la récupération).

L’éleuthérocoque a également été signalé comme réduisant la fatigue due au syndrome de fatigue chronique, à l’épuisement professionnel et à la vieillesse.

Mélatonine

La mélatonine, généralement prise à l’heure du coucher, est largement utilisée pour améliorer les symptômes du décalage horaire tels que la fatigue et les perturbations du sommeil.

Lors d’un essai clinique sur des adolescents sportifs, l’administration de mélatonine après un exercice en fin de soirée a amélioré la fatigue perçue, la qualité du sommeil, les performances cognitives et le bien-être.

La mélatonine était généralement inefficace chez les personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique, sauf chez celles qui présentaient également une sécrétion tardive de cette hormone.

La mélatonine n’a réduit la fatigue que chez les patients cancéreux ayant des problèmes de sommeil. De même, elle a contribué à réduire à la fois la fatigue et les troubles du sommeil chez les personnes souffrant de lésions cérébrales traumatiques ou subissant des interventions chirurgicales.

Acides aminés à chaîne ramifiée

Une supplémentation en acides aminés ramifiés, à savoir la leucine, l’isoleucine et la valine, peut être meilleure que le repos seul pour la récupération après l’exercice, en raison de leur capacité à réduire les douleurs musculaires, les dommages et la fatigue perçue.

Ils semblent également améliorer les performances sportives en reconstituant les acides aminés utilisés pendant l’exercice, bien que toutes les études ne les aient pas trouvés efficaces.

Cependant, leur excès peut provoquer de la fatigue en augmentant la production d’ammoniac.

Spiruline

Dans 3 petits essais cliniques, une supplémentation en spiruline a réduit la fatigue physique et mentale, ainsi que les dommages oxydatifs causés par l’exercice. Chez les personnes en surpoids et obèses, la spiruline a réduit le temps de fatigue pendant un programme d’exercice physique, la graisse corporelle et l’accumulation de lactate dans le sang.

Cependant, la spiruline s’est avérée inefficace dans 4 essais préliminaires sur des personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique.

Astragale

Un supplément oral d’astragale a amélioré la fatigue, la fonction cognitive et la qualité de vie dans un essai clinique sur des personnes se remettant d’un accident vasculaire cérébral. Dans une étude préliminaire sur des patients atteints de cancer avancé, un extrait d’astragale infusé a aidé à soulager la fatigue.

Une formulation combinant les extraits d’astragale et de sauge rouge a significativement diminué la sévérité de la fatigue lorsqu’elle a été administrée à des personnes atteintes du syndrome de fatigue chronique pendant 4 semaines.

Une formulation chinoise multi-herbale à base d’astragale a augmenté l’endurance physique et réduit le temps de récupération chez les athlètes.

Andrographis

Des extraits standardisés d’andrographis ont amélioré la fatigue et d’autres symptômes chez des personnes atteintes de sclérose en plaques, d’arthrose du genou et d’infections respiratoires.

Une formulation orale contenant un composé isolé de l’andrographis a augmenté le temps de nage jusqu’à épuisement chez les rats.

Un extrait commercial de bois de chêne (Robuvit) a augmenté l’énergie physique et mentale chez les adultes en bonne santé et les personnes âgées. Chez les athlètes de triathlon, il a amélioré les performances athlétiques et accéléré la récupération.

Ce produit a également amélioré la fatigue due au syndrome de fatigue chronique, aux troubles de l’humeur, à la convalescence de la grippe, au syndrome d’épuisement professionnel, à la gueule de bois et à l’insuffisance cardiaque dans quelques essais cliniques préliminaires.

D-Ribose

Une étude pilote menée auprès de patients atteints de fibromyalgie ou du syndrome de fatigue chronique a révélé que 5 grammes de D-ribose par jour amélioraient l’énergie de 45 % et le bien-être général de 30 %.

Le D-ribose a également été signalé comme améliorant la fatigue physique et mentale chez les personnes âgées.

Reishi (Ganoderma lucidum)

Lors d’un essai clinique sur des personnes souffrant de neurasthénie, les glucides complexes isolés du champignon reishi ont réduit la sensation de fatigue de 28 % et ont été bien tolérés.

De même, la poudre de spores de reishi a diminué la fatigue, l’anxiété, la dépression et les marqueurs immunitaires tout en améliorant le bien-être subjectif de femmes atteintes d’un cancer du sein.

Ginseng américain

Le ginseng américain a amélioré la fatigue liée au cancer dans deux essais préliminaires menés auprès de patients atteints de tous types de cancer (à l’exception des tumeurs cérébrales et des lymphomes cérébraux). Cependant, il s’est révélé inefficace dans un autre essai sur des survivants du cancer de la tête et du cou.

5-HTP

Dans un petit essai clinique sur des personnes souffrant de fibromyalgie, la supplémentation en 5-hydroxytryptophane (5-HTP) a amélioré la fatigue et les autres symptômes de la maladie chez la moitié des patients.

Ashwagandha

L’ashwagandha a amélioré la fatigue et la qualité de vie dans un essai clinique sur des patients cancéreux sous chimiothérapie.

Curcumine

Lors d’un essai clinique sur des personnes souffrant d’anxiété et de fatigue liées au stress professionnel, une combinaison hautement biodisponible de curcumine et de fibres de fenugrec a amélioré les symptômes mieux qu’une formulation standard de curcumine.